Accueil Le coin Bio'té Les conservateurs cosmétiques

Les conservateurs cosmétiques

64

Fabriquer ses propres cosmétiques c’est bien et moins onéreux mais une conservation optimale est indispensable, en particulier pour nous protéger de certaines bactéries très pathogènes. En effet, les cosmétiques maison sont très fragiles, il est même nécessaire, pour la plupart, de les conserver au réfrigérateur.  Les conservateurs sont des substances ajoutées aux produits cosmétiques dans le but majeur de stopper la prolifération de micro-organismes en leur sein. La cosmétiques bio utilisent des agents dits « identiques à la nature » comme l’acide salicylique ou bien des agents de synthèse les plus doux et qui figurent dans la directive de l’UE sur les cosmétiques

Naturels ou de synthèses, zoom sur ces indispensables de nos tambouilles !

Tout d’abord, il faut savoir qu’il existe deux types de conservateurs :

  • Les anti-microbiens → Empêchent la prolifération des germes dans la phase aqueuse du produit (bactéries et levures), possible seulement en présence d’eau
  • Les antioxydants → Évitent l’oxydation des phases huileuses présentes dans le produit, ainsi que la formation de radicaux libres

Les conservateurs anti-microbiens :

  • L’acide benzoïque → Acide organique que l’on trouve naturellement dans certaines plantes. C’est en particulier l’un des principaux constituants du benjoin. Il empêche la croissance de la levure et de certaines bactéries. Il est produit de manière industrielle à partir du toluène
  • L’acide sorbique → Il provient du sorbier (un arbuste). C’est un acide gras insaturé aujourd’hui synthétisé chimiquement à partir de cétène, il est utilisé en tant qu’antifongique mais son emploi est limité (concentration à 0,6% maxi autorisée)
  • L’acide salicylique → C’est un bêta-hydroxyacide naturellement synthétisé par certains végétaux comme la reine-des-prés ou le saule. Très efficace sur les bactéries, mais moins sur les levures et moisissures, il est conseillé de l’associer à un autre conservateur
  • L’alcool bio → Il est issu de la fermentation du blé. Il doit être introduit en grandes quantités dans les cosmétiques (15 à 20%) pour avoir des propriétés conservatrices. Associé à d’autres ingrédients naturels tels que les huiles essentielles, l’alcool est un très bon bactéricide. Cependant, il a l’inconvénient d’être desséchant et n’est donc pas recommandé pour les peaux les plus sensibles

Les antioxydants :

  • La vitamine E → Aussi appelée « tocophérol », c’est une substance liposoluble présente dans les huiles végétales (colza, germe de blé, tournesol, olive, argan, soja…), les légumes à feuilles vert foncé (choux, épinards, mâche…), les fruits à coque (noix, noisettes, amandes…), les graines, ainsi que dans les matières grasses des viandes et des poissons. Elle permet de mieux conserver les corps gras du rancissement, et, est donc idéale pour conserver les huiles et beurres ainsi que toute préparation cosmétique contenant une phase huileuse
  • La vitamine C → Aussi appelé « acide ascorbique », c’est un acide organique empêchant la prolifération de bactéries. On la trouve essentiellement dans les végétaux, fruits et légumes et en quantité importante dans l’acérola, le cassis, l’orange, le citron ou les baies de goji séchées
  • Les polyphénols → Composés chimiques, très répandus chez les végétaux, regroupant plusieurs phénols (alcools aromatiques), ce sont les déchets du métabolisme végétal. Naturellement présents dans (entre autres) le café, thé vert, vin, cacao, les oignons, fruits et agrumes
  • Les flavonoïdes → Ils sont responsables de la couleur variée des fleurs et des fruits et représentent une source importante d’antioxydants. Ils forment une sous-classe des polyphénols et sont regroupés en 4 groupes principaux : les flavones (oignon, brocoli, pomme…), les flavonones (citron…), les catéchines (thé vert et noir, vin rouge…) et les anthocyanines (fruits rouges, raisin, vin…)

○○○○○○○○○○

Les plus connus et plus simples d’utilisation

Conservateurs antibactériens :

  • Cosgard → Synthétique, il se présente sous la forme d’un liquide fluide de couleur jaune pâle à jaune foncé avec une odeur caractéristique (dosage de 0.2 à 1% du poids total de la préparation)
  • EPP (Extrait de Pépins de Pamplemousse) → Naturel, produit à partir de pépins d’agrumes, par procédés de fermentation avec adjonction d’acides organiques (acides lactique, citrique et ascorbique). Il se présente sous la forme d’un liquide fluide jaune pâle à brun avec une légère odeur (dosage de 0.1 à 1% du poids total de la préparation)
  • Acide salicylique végétal → Naturel et mieux toléré que sa version synthétique, c’est un puissant antibactérien à associer à un autre conservateur pour toutes vos préparations aqueuses. Il se présente sous la forme d’un liquide pouvant aller du transparent à l’ambré (dosage de 2.5 à 3% du poids total de la préparation)
  • Naticide → Naturel, il se présente sous la forme d’un liquide fluide de couleur incolore à jaune et à l’odeur suave aux notes vanille et amande (dosage de 0.2 à 1% du poids total de la préparation)
  • Complexe Benzoate & Sorbate → Synthétique (synergie de benzoate de sodium et de sorbate de potassium), il augmente légèrement le pH, qu’il faut donc ajuster avec de l’acide lactique ou de l’acide citrique. Il est important d’avoir un pH acide (4.5 à 5.5) pour une bonne efficacité de ce conservateur. Il se présente sous la forme d’un liquide fluide de couleur jaune pâle à ambrée avec une douce odeur caractéristique (dosage de 0.5 à 1%)
  • Leucidal → Naturel, il se présente sous la forme d’un liquide fluide de couleur jaune à ambrée avec une légère odeur caractéristique (dosage de 0.5 à 4%)

Antioxydants :

  • Vitamine E → Naturelle, on la retrouve sous forme d’un liquide visqueux orangé à brun résultant d’un mélange de tocophérols issus du tournesol dilués dans de l’huile de tournesol (dosage de 0.02 à 0.2% du poids total des huiles à conserver)
  • Extrait CO2 de romarin → Obtenu par procédé d’extraction sélective au CO2 supercritique qui se présente sous la forme d’une pâte fondante de couleur vert foncé intense avec l’odeur caractéristique du romarin fraichement coupé (dosage de 0,05 à 0,1 % pour les acides gras saturés et de 0,2 à 0,4 % pour les acides gras polyinsaturés)

Conseils :

  • Choisissez un contenant adapté en fonction de vos préparations (flacon airless, codigoutte…) de façon à éviter au maximum que vos formules soit en contact avec l’air ou vos mains, ce qui favoriserait la prolifération des bactéries
  • Faites toujours de petites quantités qui seront utilisées plus rapidement
  • Tenez un cahier contenant, en plus des ingrédients de vos formules, les dates de fabrication et les dates limites d’utilisation (ou collez une étiquettes sur vos contenants)
  • Conservez vos produits dans votre réfrigérateur augmentera considérablement sa durée de vie en association avec les conservateurs

 

 

Laisser un commentaire